Mis à part son patrimoine naturel, culturel et historique, le Vietnam possède également une richesse artisanale typique comme en témoigne le « Nón lá ». Un chapeau conique traditionnel auquel les Vietnamiens sont très attachés. Au cours de cet article, vous en connaîtrez davantage sur ce couvre-chef emblématique du Dragon de l’Asie.

Un chapeau d’exception

Les chapeaux coniques portent différents prénoms à travers les nombreux pays d’Asie. En chine, il est appelé « limàoou zhuliet » ou encore « douli » tandis qu’au Japon et en Corée, il se nomme respectivement « sugegasa » et « Satgat ». Au Vietnam, cette création artisanale se démarque grâce aux matériaux et  procédés de fabrication. Les artisans vietnamiens utilisent des feuilles de latanier séchées et des cerceaux de bambou pour le support. Les feuilles sont ensuite fixées sur le support à l’aide de fils de bambou et d’une grande aiguille à coudre. Pour la finition, ils appliquent du vernis puis attachent la mentonnière en soie.

Un chapeau au style pratique et esthétique

Le « Nón lá » est surtout connu pour son côté pratique. En effet, les paysans l’utilisent pour se protéger du soleil et de la pluie lorsqu’ils travaillent dans les champs. C’est pour cette raison qu’il est plutôt lié à la vie des cultivateurs de riz et des piroguiers. Par ailleurs, le chapeau est peu porté par les gens des grandes villes comme Hanoï et Hô-Chi-Minh-Ville. Au fil des années, le Nón lá entre dans le domaine du folklore. De nos jours, il est utilisé comme un accessoire à part entière dans les évènements culturels tels que les défilés de mode, les danses populaires et le théâtre.

Les différentes versions du Nón lá

Au Vietnam, il existe différentes déclinaisons du « Nón lá » réparti selon les lieux. Un modèle fantaisiste, le Nón Bài Thơ qui provient de la région de Huế. Ce dernier se démarque grâce à son poème (bài thơ en vietnamien) et à ses motifs originaux astucieusement placés entre les deux couches de latanier pour n’apparaitre qu’à la lumière. L’autre version est le Nón Quai Thao. Un modèle rond et de grandes tailles (70 à 80 cm). C’est un chapeau traditionnel en feuilles de palmier souvent utilisé par les femmes du nord du Vietnam, durant les cérémonies, et ce, jusqu’à la fin du XIXe siècle.

 

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone